« Les épidémies révèlent des déséquilibres que l’arbre et les paysages arborés contribuent à atténuer… »

Emmanuel Torquebiau fait partie des membres fondateurs de l’Association Francis Hallé pour la forêt primaire. Chercheur en agroforesterie au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement de Montpellier (Cirad), il a adressé une tribune au quotidien Le Monde, publiée le 29 mars 2020. Soutenu par neuf autres chercheurs, dont Francis Hallé, il y défend l’idée que l’agroforesterie, pratique associant arbres et agriculture, présente d’immenses qualités face à l’effondrement de la biodiversité et au changement climatique. Article complet à lire sur le site du Monde (réservé aux abonnés) :

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Dernières publications

Inscrivez-vous à la newsletter

felis in ipsum ut et, vel, venenatis amet, quis,