« Mes voeux pour 2022 » Francis Hallé

« En ce début de nouvelle année, je viens souhaiter le meilleur, santé, bonheur, talent, force et courage, à celles et à ceux qui travaillent pour notre association, ou qui par leur adhésion, nous apportent une aide très précieuse ; c’est un plaisir pour moi d’étendre ces vœux à vous toutes et tous, de plus en plus nombreux, qui vous intéressez au projet de faire renaître une forêt primaire en Europe de l’Ouest.

L’année 2021 a été fructueuse mais elle n’a pas été facile ; nous avons vécu l’inquiétant contraste entre notre souhait de voir protéger les forêts et une accélération dramatique de mauvaises décisions qui aggravent la déforestation mondiale.

A la recherche d’un site transfrontalier qui soit à la hauteur de notre projet, nous voulions voyager dans de nombreux pays européens, mais les contraintes sanitaires sont venues restreindre nos désirs de voyage. J’espérais que le site puisse être choisi en 2021 ; mon vœu est que ce choix se fasse en 2022…

Pour celles et ceux qui rêvent de forêt primaire, je souhaite qu’en 2022 nous réalisions tous à quel point la nature intacte nous est indispensable. Dans le sous-bois d’arbres géants, le sol est couvert de tapis de fleurs qui attirent des abeilles et des vols de papillons. Sur un tronc tombé enfoui sous la mousse, vous soulevez une plaque d’écorce qui se décompose et là, surprise ! un blob jaune vif craignant la lumière rampe vers l’ombre avec toute la vitesse dont il est capable.

L’odeur de la forêt est celle d’un jardin après la pluie ; s’y mêlent le parfum des fleurs et parfois – contraste – l’odeur du crottin des bisons. Ils sont là, on les voit au loin, broutant paisiblement.Les oiseaux sont partout en ce petit printemps, ceux qui planent, ceux qui grattent la litière pour y trouver leur nourriture, les pics sur les troncs, et ceux qui chantent, cachés dans le jeune feuillage. Les écureuils courent sur les grosses branches et, si nous marchons en silence, nous allons pouvoir admirer les chevreuils dans une petite clairière.

Vous savez ce qui nous fait du bien ? L’admiration et la paix. Elles nous permettent de retrouver la vraie place de l’être humain dans la nature. » Francis Hallé

Photo : Francis Hallé dans la forêt de Tronçais lors d’un tournage pour Arte en septembre 2021. Crédits / Pierre Chatagnon.

Partager cet article
Soutenez-nous !

En soutenant l’association Francis Hallé, vous agissez concrètement pour la renaissance d’une forêt primaire en Europe de l’Ouest

Dernières publications
L’épopée de la nature

Vingt millénaires de vie palpitante en un ouvrage : l’inimaginable richesse naturelle de la France contée avec brio par Stéphane Durand Stéphane Durand est biologiste, naturaliste,

Lire plus »
Merci !

Vous êtes inscrit à notre newsletter. Vous recevrez prochainement de nos nouvelles.

Pour suivre l’avancée du projet de forêt primaire, inscrivez-vous à notre newsletter !